Besoin en fonds de roulement, comment faire?

Pour une entreprise, le besoin en fonds de roulement communément nommé le BFR, représente le besoin en trésorerie pour faire face aux dépenses (achats de matières premières…) avant même d’engendrer des recettes. Lors de la création de son entreprise, l’entrepreneur devra donc anticiper les coûts de fabrication de son produit et ceux nécessaires au bon fonctionnement de son activité.

Le BFR doit donc être calculé de la façon la plus juste possible même si c’est un calcul financier prévisionnel (BFR = Stock + Créances – Dettes fournisseurs) et surtout, il devra être intégré au plan de financement initial sachant qu’à la création, il est considéré comme un investissement. Charge donc à l’entrepreneur de trouver le capital nécessaire pour le couvrir.

Pour ce faire, plusieurs solutions s’offrent à lui. Dans la plupart des cas, le BFR est financé par des moyens à court terme:

- Le découvert bancaire ou compte courant groupe (quand des associés mettent des sommes à disposition de l’entreprise).
- L’affacturage, bien que plus rare: c’est un préfinancement obtenu sur les créances clients.
- Le PCE: Prêt à la Création d’Entreprise, en sont exclues les entreprises qui bénéficient déjà d’un prêt bancaire égal ou supérieur à deux ans.
- L’escompte: crédit à court terme, accordé par la banque, mais avec des frais.

Cotisation foncière des entreprises, qu’est que c’est?

Nombreuses sont les taxes auxquelles les entreprises sont astreintes. Parmi ces taxes, il y a la cotisation financière des entreprises. L’existence de cette taxe est souvent ignorée par les nouvelles entreprises. Un coin de voile sera levé sur cette taxe pourtant importante.

La cotisation foncière des entreprises, qu’est ce que c’est?

Cotisation foncière des entreprisesLa CFE est due aux communes qui abritent les locaux ou les terrains de l’entreprise concernée. Elle est calculée sur la base de la valeur locative des biens immobiliers utilisés par l’entreprise et soumis à la taxe foncière. Cette valeur locative est déterminée par l’administration fiscale en reculant de deux ans en arrière.

Entreprises concernées

La cotisation foncière des entreprises est due par les personnes physiques et entreprises qui exercent une activité professionnelle non salariée sans aucune distinction de statuts juridiques, de la nature de l’activité exercée et du régime d’imposition auquel elles sont soumises. Cette taxe est payée dès réception de l’avis d’imposition, sans déclaration préalable. Sauf en cas de demande d’exonération et autres informations relatives à la situation de l’entreprise.

Cas particulier des nouvelles entreprises

Les nouvelles entreprises ne paient pas la CFE durant l’année de leur création. Parce que la CFE est payée le1er janvier de l’année d’exercice. Elles bénéficient aussi lors de leur première année d’activités d’une réduction à moitié de la base d’imposition. Enfin, le nouvel entrepreneur doit déclarer l’entreprise avant le 31décembre de l’année de reprise ou de création.

Quelques nouvelles de mon entreprise

contentUn petit article pour vous donner un peu de nouvelles suite à mon dernier article sur les débuts de mon entreprises et mon rachat de crédit professionnel. J’avais donc embauché deux personnes pour m’accompagner au quotidien, un pari risqué pour une jeune entreprise mais qui a fini par payer, j’ai, le mois dernier, décroché 2 gros contrats dans deux grosses sociétés pour la maintenance de leur parc informatique. Deux contrats d’un an, une très bonne nouvelle donc, et qui me permettra je l’espère de passer mes 2 employés en CDI car je ne pouvais pour le moment que leur proposer un CDD renouvelable.

L’entreprise à bientôt un an et le bilan est donc très positif

Il faut bien sûr ne pas s’enflammer, j’ai de toute façon la tête sur les épaules, une nouvelle embauche serai risquée pour mon entreprise. Avec l’équipe actuelle, je peux encore décrocher un contrat similaire, nous tiendrons la cadence. Voilà les quelques nouvelles, pas beaucoup de temps en ce moment, comme vous l’imaginez. A bientôt pour un prochain article, je l’espère pour un troisième contrat!

Rachat de credit professionnel, mon retour

noos rachatJe suis un jeune issu de la banlieue de Lyon. En général, les jeunes de la banlieue sont toujours victimes du chômage et deviennent de plus en plus des délinquants. Cependant, ils bénéficient souvent des formations pour trouver du travail. J’ai profité de cette opportunité pour pouvoir élargir mes connaissances et continuer mes études à l’université. De plus, le rachat de crédit que j’ai obtenu m’a permis d’agrandir ma petite entreprise en augmentant mes capacités et mes moyens de travail. Actuellement, je gère ma propre société en dépannant les particuliers et quelques PME.

Un début difficilement réalisable

Au début de mon adolescence, j’ai pu constater qu’avec les ordinateurs, j’avais une facilité d’apprentissage particulièrement élevée. Alors j’ai fait une formation sur les dépannages des ordinateurs pour que je puisse m’écarter de cette vie sans avenir. La formation dure 26 heures par semaines afin de pouvoir profiter au maximum les travaux pratiques proposés. À l’issue de cette formation, j’ai pu obtenir une place de dépanneur à domicile dans une société spécialisée, ce qui m’a incité à ouvrir ma propre boîte pour me mettre à mon compte. Pourtant, dépanner les particuliers à leur domicile nécessite un moyen de transport et plusieurs appareils portatifs très couteux. C’est pourquoi j’ai demandé un prêt personnel auprès de ma banque pour m’équiper convenablement. Les clients commencent à s’élargir et je ne pouvais plus les satisfaire sans avoir embauché deux assistants. Alors j’ai contacté la société jequilibremonbudget.fr pour obtenir un rachat de crédit et pouvoir profiter d’une somme pour pouvoir développer mon entreprise.

Un rachat de crédit à taux convenable

Le rachat de crédit  me convient parfaitement parce qu’il n’exige pas de versement avant l’octroi du crédit. Il permet aussi de regrouper les mensualités et réduire le montant des versements. Cette solution est adaptée à ma situation, car il m’aide à gérer convenablement mes budgets. De plus, je n’ai aucune connaissance en matière de gestion des budgets, des charges et surtout de la fiscalité.

Les jeunes issus d’un milieu modeste ont-ils plus de mal à trouver du travail?

D’après de nombreux sondages réalisés, il s’avère qu’effectivement les jeunes issus d’un milieu modeste ont souvent plus de difficultés à trouver un emploi que ceux provenant d’un milieu plus favorisé. En étudiant cette théorie de plus près, ce n’est pourtant pas si formel.

Tout d’abord la région où habite le jeune peut être tout autant une difficulté qu’un avantage. Selon le choix de sa profession, si la ville d’origine d’un jeune d’un milieu modeste correspond aux offres d’emploi de sa région il lui sera plus aisé de trouver un poste correspondant à ses capacités et à ses souhaits.

Un jeune issu d’un milieu modeste ayant quelques diplômes pourra se voir refuser un emploi en raison justement de son milieu social, puisqu’il est bien connu que d’être fils ou fille d’un papa bien placé dans la hiérarchie du travail aide à trouver une bonne situation.

Le critère des diplômes est controversé. Certains jeunes possèdent le Bac avec de nombreuses années d’étude derrière et ne réussissent pas à trouver de travail et ceux n’en n’ayant pas ont tout autant de difficultés.

Lors d’un entretien d’embauche le jeune issu d’un milieu modeste se fait parfois récuser en raison de son élocution, de la couleur de sa peau, de la ville où il vit, des écoles fréquentées, des diplômes obtenus, ce qui n’est pas forcément le cas avec des jeunes d’un milieu plus aisé.

En conclusion il s’avère que malgré tout ce qui se dit, ce n’est que légèrement plus facile aux jeunes d’un milieu plus favorisé de trouver un emploi que ceux issus d’un milieu modeste. Il est surtout nécessaire aux jeunes d’un milieu modeste de garder confiance en eux, d’être pourvus d’une grande volonté et de beaucoup de courage… Et de croire en leur bonne étoile.